Governance

L’histoire des traités modernes au Yukon

Regardez une chronologie animée des traités modernes au Yukon présentant les négociateurs et les personnes qui mettent en œuvre les accords aujourd’hui. Ce vidéo (en anglais seulement) a été réalisée grâce à un partenariat avec la Gordon Foundation, Mapping the Way et le gouvernement du Yukon.

Vidéos de la Gordon Foundation

La Gordon Foundation possède une collection de vidéos, nommée Treaty Talk, présentant les négociateurs du Yukon et les personnes chargées de la mise en œuvre des accords, ainsi qu’une vidéo sur l’histoire des traités modernes du Yukon. Le site Web « Understanding Our Treaties » (en anglais seulement) est une initiative de la Gordon Foundation visant à fournir un apprentissage par l’expérience sur les traités et à soutenir le modèle de simulation des traités.

L'histoire des traités modernes au Yukon

Les premières revendications territoriales pour le Yukon ont eu lieu au début des années 1900. En 1902, le chef Jim Boss (Kashxóot), chef héréditaire des Ta’an Kwäch’än, écrit au gouvernement du Canada pour demander la reconnaissance et la protection de son peuple et de ses terres.

Le processus officiel de revendications territoriales modernes a débuté en 1973 lorsqu’une délégation de chefs des Premières Nations du Yukon a présenté le document Together Today for our Children Tomorrow : A Statement of Grievances and an Approach to Settlement by the Yukon Indian People au premier ministre canadien de l’époque, Pierre Trudeau.

Après de nombreuses années de négociations et le travail acharné de nombreux dirigeants visionnaires, l’Accord-cadre définitif (ACD) historique a été signé en 1993. Il a servi de modèle pour négocier des accords individuels sur les revendications territoriales (appelés « accords définitifs » ou « ententes définitives ») avec chaque Première Nation du Yukon.

Depuis 1993, onze Premières Nations du Yukon ont réglé leurs revendications territoriales et sont autonomes. La Loi sur les Indiens du gouvernement fédéral ne s’applique plus à eux. Ces Premières Nations peuvent adopter des lois et prendre des décisions sur les terres visées par l’entente et pour leurs citoyens, comme le ferait une province ou un territoire canadien.

  • Premières nations de Champagne et d'Aishihik (1993)

  • Première nation des NaCho Nyak Dun (1993)

  • Conseil des Tlingits de Teslin (1993)

  • Première nation des Vuntut Gwitchin (1993)

  • Première nation de Little Salmon/Carmacks (1997)

  • Première nation de Selkirk (1997)

  • (Prmière nation des) Tr’ondëk Hwëch’in (1998)

  • Conseil des Ta’an Kwäch’än (2002)

  • Première nation de Kluane (2003)

  • Première nation des Kwanlin Dün (2005)

  • Première nation de Carcross/Tagish (2005)